fbpx
Premiers pas

Créer une activité de thérapeute ne diffère en rien de la création d’une autre activité commerciale, à quelques différences près.

Remarque : Infographie en fin d’article.

Des différences qui tiennent aux pratiques innombrables de la thérapie brève et également de l’essence même de ces thérapies, comparé aux autres corps de métier.

Les différences qui tiennent aux pratiques innombrables de la thérapie brève et également de l’essence même de ces thérapies, comparé aux autres corps de métier.

Créer son activité de thérapeute quand on est sophrologue, art-thérapeute, hypnothérapeute ou toute autre discipline en médecine douce n’est pas compliqué en soi. Néanmoins, il faut quand même être méthodique dans sa manière d’agir si on veut atteindre objectifs “commerciaux” rapidement et sans trop de dépense d’énergie inutile.

La création de son activité de thérapeute se fait que 7 étapes.

Quand on lance son activité de praticien en médecine douce, on visualise la fin, l’objectif à attendre. On se voit dans son cabinet en train d’exercer, on visualise le bonheur de son client qui arrive enfin à se débarrasser d’un blocage, d’une souffrance…

La visualisation est un puissant moyen de programmer son cerveau et atteindre ses objectifs.

Néanmoins, elle ne suffit pas. Il faut être dans un état d’esprit fécond et maintenir un minimum d’actions pour faire décoller son cabinet.

Il faut suivre ces étapes matérielle ou intellectuelle pour se donner les meilleures chances et non seulement démarrer, mais concrétiser son projet de cabinet de thérapie brève (hypnose, PNL, sophrologie, sophro-analyse…).

Let’s go !

keep reading
0