Les thérapies brèves : envers et contre tous ?