Marketing, Premiers pas

Hypnothérapeute en profession libérale : le plan de route pour s’installer efficacement

On arrive à l’hypnose par différents parcours de vie, d’expériences, de rencontres. Mais pour s’installer professionnellement en tant qu’hypnothérapeute, on doit légalement être à son compte et exercer en tant que profession libérale.

Différentes étapes sont nécessaires pour lancer son cabinet d’hypnothérapie. Cela peut prendre du temps, mais si vous suivez les étapes décrites ci-dessous, votre installation sera plus facile et moins aventureuse.

L’hypnothérapie : une médecine douce en profession libérale (libre).

L’hypnothérapie est une discipline qui n’est pas réglementé comme la psychiatrie ou la psychanalyse, vous avez – donc – le choix quant au statut légal à adopter.

Avant de commencer, il est bon de rappeler que l’hypnose n’est pas reconnue comme faisant partie de la médecine classique académique, ce qui a des conséquences.

Vous ne pouvez pas – en tant qu’hypnothérapeute – parler de “patientèle” ou de “patients” ou bien de “guérir” et de “guérison”. Ce sont des termes que seul le corps médical et quelques professions réglementées peuvent utiliser (kinésithérapeutes, médecins, psychiatres…).

N’y voyez pas nécessairement un obstacle au développement de votre activité.

La non-réglementation a comme effet de donner plus de liberté aux hypnothérapeutes notamment en ce qui touche à la formation, l’expérimentation de nouveaux outils thérapeutiques, la publicité (ces pratiques de promotions ou d’expérimentation sont assez cadrées dans le monde médical). C’est un des avantages à être hypnothérapeute en profession libérale.

Quel statut adopter pour son cabinet d’hypnothérapeute (profession libérale) ?

Nous vous conseillerons vivement d’opter pour le régime de la micro entreprise (anciennement auto entrepreneur).

Ce statut est le plus adapté aux hypnothérapeutes puisqu’ils sont taxés uniquement sur le chiffre d’affaires et selon leurs déclarations.

En tant que praticien qui “vend” son temps, cela reste très intéressant, car vous n’avez pas beaucoup d’achats de matériel à faire mensuellement.

À titre d’exemple, si vos tarifs sont de 60€ la séance et que vous en faites 3 par jour à raison de 25 jours de travail par mois, vous êtes à 4500€ HT de chiffre d’affaires (les micro-entrepreneurs ne collectent pas la TVA, et donc ne la reversent pas à l’État).

Sur les 4500€ vous devrait payer à l’État dans les 28% (chiffre donné à titre d’exemple). Soit 1260€/mois. Le reste (3240€) vous servira à régler vos charges et à vous dégager un revenu.

Pourquoi le statut de micro entreprise (auto-entrepreneur) est le plus adapté pour les hypnothérapeutes

micro-auto-entreprise-hypnotherapeute-profession-liberale
  1. La facilité de création : il suffit de remplir un formulaire en ligne. Plus d’info à cette adresse. Pour déclarer votre début d’activité c’est également ici que vous pouvez le faire.
  2. La simplicité de la tenue comptable : vous n’aurez pas nécessairement besoin (l’obligation légale) d’avoir un comptable pour gérer vos comptes. Vous devez néanmoins tenir une comptabilité allégée sans obligation de bilan annuel à présenter (comme pour les statuts de sociétés comme la SARL ou l’EURL).
    Seul l’enregistrement chronologique des recettes et des achats non modifiables est exigé.
  3. Les charges sont claires (charges fixes + impôt libératoire au choix + CFE). Vous pouvez les simuler en cliquant ici.
  4. Les limites en chiffres d’affaire sont assez élevées (elles ont été rehaussées il y’a quelques mois pour passer à 70000€ annuels pour les prestations de service et les professions libérales relevant des BNC ou des BIC*).
    C’est-à-dire un chiffre d’affaires de 5 833,33€/mois, ce qui vous laisse de la marge avant de basculer en société (au-delà des 70000€/annuels, vous passez systématiquement au statut de société).

*BNC : Bénéfices non commerciaux – BIC Bénéfices industriels et commerciaux.

Le portage salarial pour les hypnothérapeutes qui s’installent en profession libérale

En quelques mots, le portage salarial permet de devenir consultant indépendant tout en conservant les avantages d’un salarié.

Ce statut permet au salarié hypnothérapeute :

  • D’exercer son activité en toute autonomie : il facture ses interventions sous la forme d’honoraires.
  • De s’épargner le traitement administratif, juridique, fiscal et comptable lié à l’activité d’indépendant ou de freelance.
  • De conserver tous les avantages liés au statut de salarié.

Plus d’information ici

En tant qu’hypnothérpaeute installé en profession libérale, vous devait également porter la casquette de l’entrepreneur.

Pour s’installer en tant qu’hypnothérpaeute en profession libérale, vous devez respecter par ces étapes :

1. Établir un prévisionnel de votre cabinet d’hypnothérapie

Déterminer le chiffre d’affaires prévisionnel peut s’avérer compliqué quand souhaite établir un bilan prévisionnel, c’est typiquement l’étude de marché qui doit servir de base à ce travail pour avoir une idée précise sur le chiffre d’affaires à faire afin d’être “rentable” (vivre de son activité).

Il faudra prévoir des charges de fonctionnement et de promotion telles que :

  • Charges du loyer (si vous vous installez directement en cabinet ou en partage de cabinet avec d’autres professionnels).
  • Mobilier du cabinet : bureau, meubles, décoration.
  • Frais de publicité (flyers, cartes de visite…).
  • La réalisation de son site Internet / blog.
  • Conseil/coaching en communication/marketing.
  • Supervision par un mentor.
  • Achat de matériel : ordinateur, microphone, écouteurs…
  • Charges diverses : téléphones, électricité, transport, achat livres, papier à impression, papier-mouchoirs…

2. Faire une étude de marché (même simplifiée) pour récolter les données suivantes (très important) :

  • Savoir exactement qui sont vos prochains clients et leurs besoins spécifiques.
  • Votre zone d’intervention et/ou ciblage : très utile pour s’économiser en temps et en argent et mieux cibler ses premiers clients.
  • Identifier vos principaux concurrents et leurs offres.
  • Coller à la réalité du marché et adapter votre offre thérapeutique.
  • Prendre connaissance des tarifs pratiqués dans votre zone de chalandise eu égard aux offres proposées.
  • Identifier les leviers de développement de votre cabinet d’hypnothérapie (partenaires potentiels, présence sur Internet, marketing Print…).
  • Etc.

3. La formation en hypnose : privilégiez les formations de qualité

Avant de choisir votre école de formation, vous devez savoir quel type d’hypnose thérapeutique est la plus adaptée pour vous.

Faites vos recherches sur Internet, achetez des livres, rendez-vous à des salons et évènements spécialisés, parlez-en aux praticiens que vous connaissez ou consultez simplement les sites Internet, vidéos et blogs de vos futurs collègues.

Voici quelques livres qui vous aideront à comprendre les différents types d’hypnose (liens affiliés).

Certaines écoles proposent des journées portes ouvertes.

Il y’a 4 grandes familles d’hypnoses thérapeutiques :

  • L’hypnose directe.
  • L’hypnose Ericksonienne.
  • L’hypnose conversationnelle ou La nouvelle Hypnose.
  • L’hypnose humaniste.

La formation est très importante pour partir sur de bonnes bases.
Elle permet également de créer et de garder un lien avec les anciens élèves et les formateurs. Cela peut être très utile si vous avez besoin d’aide/conseil ou éventuellement pour créer des partenariats futurs.

Néanmoins, les écoles et les formations ne se valent pas. il vous faudra faire vos recherches et questionner les anciens élèves de ces établissements afin de savoir si les formations sont de qualité.

L’hypnothérapie n’était pas une discipline réglementée, aucune loi ou réglementation n’encadre ces formations. Libre à vous de faire votre enquête avant de souscrire à une formation diplômante.

Remarque : Certaines écoles de province sont bien plus intéressantes que celle de la capitale. Ne vous fiez pas uniquement à la renommée.

4. Se former un minimum pour gérer sa communication de manière optimale

Il est important de se former un minimum à communiquer sur son cabinet.

Il n’a pas une seule façon de communiquer, à vous d’expérimenter et de sortir de votre zone de confort jusqu’à trouver ce qui marche pour vous, dans le contexte qui est le vôtre. Voici quelques pistes (vous trouverez dans le blog plusieurs articles qui vous aideront à mieux communiquer) :

  • Comprendre les leviers de visibilité sur Internet : le référencement naturel (SEO), tenir un blog, une chaîne YouTube, créer du contenu…
  • Savoir bâtir sa “marque personnelle” (son Personal Branding) pour susciter la confiance à travers toutes ses actions de promotion.
  • Organiser/Créer des événements autour de sa pratique/cabinet.
  • Créer des partenariats avec d’autres professionnels du corps médical/pro du bien-être.

Voilà, je vous ai présenté ici quelques points importants à prendre en compte si vous désirez vous lancer dans une activité d’hypnothérapeute en profession libérale.

Vous pouvez partager en commentaire votre expérience, votre parcours personnel, les difficultés que vous avez rencontrées et aussi (surtout) vos réussites.

developper-clientele-hypnotherapeute-sophrologue

Vous voulez vous lancer dans l’aventure de l’hypnothérapie et avez besoin d’un coaching personnalisé ?
Envoyez-moi un email à contact@lecoindespraticiens.fr et expliquez-moi votre besoin. Je pourrai vous expliquer comment marchent mes coachings, et voir comment faire avancer rapidement dans votre projet.

Author


Avatar

Le coin des Praticiens

Le Coin des Praticiens est un espace où les praticiens en thérapies brèves et les pros du bien-être (sophrologue, hypnothérapeutes, magnétiseurs, naturopathes...) peuvent apprendre à développer leur cabinet et gagner leur vie de manière décente.